Recherche       




MOMMY (2014) - Cinemaniacs.be
MOMMY




Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l'aide inattendue de l'énigmatique voisine d'en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d'équilibre et, bientôt, d'espoir.


9765

Quel film, mes amis ! Quelle force, quelle énergie ! A 24 ans, le québécois Xavier Dolan a tout d’un grand et on peut déjà se demander jusqu’à quels sommets vertigineux il est capable de nous emmener. On sort de son film choqué, abasourdi par une mise en scène et un rythme qui ne vous laisse aucun répit, ce somptueux mélodrame dure, paraît-il, plus de 2 heures, mais on ne voit pas le temps passer.

Son premier film avait un titre explicite, « J’ai tué ma mère ». Son dernier est au contraire un merveilleux portrait d’une mère-courage qui emploie toute son affection à protéger un fils atteint d’une hyperactivité qui, parfois, le rend dangereux pour lui-même et pour ceux qui l’aiment. Mais Dolan ne réduit pas ses personnages à des stéréotypes, il les rend au contraire diablement humains dans leur désir de vivre malgré tout le plus intensément possible. Diane est une femme encore belle mais vieillissante, qui ne renonce pas à la séduction, au prix, parfois, d’une vulgarité plutôt pathétique.

Nous sommes dans un milieu populaire, et le réalisateur n’en cache ni la vivacité ni l’obscénité d’un langage sans digue ni souci de bienséance. Rassurez- vous, la version québécoise est doublée dans un français qui nous est plus familier, mais auquel on a donné pas mal de verdeur.

La réussite du film doit beaucoup à l’extraordinaire performance des acteurs. Anne Dorval, dans le rôle de la mère, lui donne cet intense mélange de force, de tristesse, de révolte parfois contre une vie qui ne lui a vraiment pas fait de cadeau. Antoine-Olivier Pilon lui donne une réplique d’une grande intensité, toujours dans l’instabilité, entre violence et tendresse, rage et amour. Car Mommy, c’est avant tout une belle et profonde histoire d’amour, que tente de protéger « la voisine d’en face », Suzanne Clément, douce, amicale, et sans doute fascinée par cette fusion orageuse mère-fils, elle qui connaît une vie d’épouse et de mère sans doute un peu trop paisible. Voilà, préparez- vous à des affrontements d’une violents, à des scènes d’une grande tendresse (qui tantôt alternent, tantôt s’imbriquent), préparez-vous à voir se mêler une certaine poésie du réel parfois des plus cruels, une musique qui ne vous permet pas de rêvasser.

Pas de message dans le film de Dolan, pas de jugement moralisateur, mais un flux de vie, pour le pire… et pour le meilleur. Prix du jury au dernier Festival de Cannes, ex-aequo avec ce bon vieux Godard. Attelage étrange, pour saluer une œuvre qui commence dans le génie, et une autre, terminée et qui paraît déjà bien ringarde.

Jean-Pierre Sculier

9766


9767
9768
9769
9770
9771







2014
Québec France
Drame
2h14


Realisateur

Xavier
Dolan




Acteur

Anne
Dorval

(Diane 'Die' Després)


Antoine-Olivier
Pilon

(Steve Després)


Suzanne
Clément

(Kyla)


Patrick
Huard

(Paul)


Alexandre
Goyette

(Patrick)


Isabelle
Nélisse

(Fille de Kyla)


Scenariste

Xavier Dolan

Producteur

Xavier Dolan

Nancy Grant

Compositeur

Noia

Date de Sortie

Belgique
08/10/2014
DVD
27/03/2015
BLU RAY
27/03/2015
France
08/10/2014
Pays-Bas
13/11/2014

Distributeur

ABC distribution

Distributeur dvd/Blu-Ray

Home Screen Video



Sur le web Belgique







Sur le web France






Sur le web USA