Recherche       

Sorties Ciné
Prochainement
DVD / Blu-Ray
Rencontres
Stars Gallery
L'année Cinéma
Bandes-annonces
Webcast
Cinéma - DVD - Séries Télé


Rencontre avec nos stars préférées



James Kyson Lee

Heroes


"Je pense que Hiro et Ando sont devenus des personnages à part entière qui pourraient avoir leurs aventures séparément."


Propos recueillis à Bruxelles par Laurent De Groof ©. (juin 2010)





Cinemaniacs : Que nous réserve la saison 4 de Heroes ?

James Kyson Lee : Beaucoup de choses. Cette saison est intitulée « Redemption ». Nous avons fini les prises de vues principales. Ando et Hiro se lancent dans un nouveau business qui s’appelle « héros à la rescousse ». Ils se prennent pour des détectives qui acceptent des missions de tous genres qui vont de retrouver des chats perdus à emprisonner des malfaiteurs. C’est une nouvelle aventure qui commence pour nous ! Les scénaristes ont également développé une nouvelle trame centrale avec l’apparition de Samuel, un personnage qui protège les personnes avec des pouvoirs au sein d’une fête foraine ambulante.

Cinemaniacs : Si vous aviez la possibilité d’appeler un héro à la rescousse. Quel numéro feriez-vous ?

J. K. Lee : En voilà une bonne question ! Ah, Iron Man est assez bon. Batman est pas mal dans son genre. De la série, Nathan Petrelli serait assez utile pour s’envoler et éviter les embouteillages. (rires) Mais c’est assez maigre comme raison pour faire appel à un super-héro. (rires)

Cinemaniacs : Dans la saison 3, Ando prends plus de présence dans le duo que vous formez avec Hiro...

J. K. Lee : La saison 3 a été déterminante dans le développement de Ando. Il a obtenu ses pouvoirs. Il va probablement tuer Hiro. Une certaine tension de rivalité et de compétition est apparue entre les deux personnages. Je pense que les frictions ne sont pas forcément un aspect négatif car elles permettent d’élever le degré d’amitié dans une relation. Ils affrontent ensemble les hauts et les bas afin de créer un lien encore plus solide. Le fait que Hiro perde ses pouvoirs et que Ando se montre plus actif est ce qui les a aidé à se lancer dans leur partenariat des « héros à la rescousse ». Je pense que Hiro et Ando sont devenus des personnages à part entière qui pourraient avoir leurs aventures séparément. Ils sont un peu comme Han Solo et Luke Skywalker. Ils ont la même relation.

Cinemaniacs : Etes-vous aussi proche que Hiro et Ando avec l’acteur Masi Oka ?

J. K. Lee : Oui, tout à fait. Je pense que c’est l’ambiance générale sur le plateau de Heroes. Tout le monde s’entend bien. Je trouve qu’il est important de maintenir une relation en dehors des caméras.

Cinemaniacs : Avec le succès de la série, trouvez-vous encore le temps pour la chanson ?

J. K. Lee : J’adore le jazz. J’ai commencé à chanter bien avant de jouer la comédie. Cela fait un certain temps que je ne me suis plus remis à la chanson. Mais la musique est une grande partie de ma vie. Au lycée, je faisais partie d’un groupe de hip-hop. L’année dernière, j’ai joué le rôle d’un guitariste dans un film. Cela m’a fait bizarre au début mais j’ai réalisé que je vivais l’un de mes fantasmes. (rires)

Cinemaniacs : Qu’est-ce qui vous a convaincu de poursuivre une carrière dans le cinéma plutôt que dans la musique ?

J. K. Lee : Je crois que je voyais la musique davantage comme un passe-temps. Ce n’était pas une option professionnelle. La comédie était quelque chose de plus « organique » qui m’a mené à une carrière.

Cinemaniacs : Et le basket...

J. K. Lee : Ah, le basket. Je suis un grand fan de la NBA ! Je joue dans l’équipe des Hollywood Knights à Los Angeles. Nous voyageons à travers le monde pour des représentations. Nous étions en Italie il y a quelques jours. C’est l’une de mes grandes passions.

Cinemaniacs : Dans la saison 3, Ando et Hiro jouent les baby-sitters...

J. K. Lee : (rires) C’était très amusant. Le plus drôle est que je connaissais les parents. Quelle coïncidence ! C’était incroyable. Les jumeaux étaient adorables. Il fut plus difficile de les faire pleurer que de les faire rire. J’ai du imaginer les grimaces que je devais leur faire. Je me suis longuement entraîné devant mon miroir à jouer avec mon visage comme avec de la pâte à modeler.

Cinemaniacs : A quel point pensez-vous qu’Ando à changé depuis le début de la série ?

J. K. Lee : Enormément. Avec le recul, il fait probablement partie des personnages qui ont le plus changé depuis le début de la série. Il a commencé très simplement. Il représentait un peu le public, la voix de la raison. Avec ses nouveaux pouvoirs, il a dû se trouver une nouvelle identité. Je pense qu’on pourrait encore plus développer son caractère.

Cinemaniacs : Comment voyez-vous son évolution ?

J. K. Lee : J’aimerais beaucoup qu’il ait un mentor, comme Obi-Wan qui lui apprendrait comme gérer ses pouvoirs. Je le verrai bien s’entraîner afin de maîtriser ses dons. Ce serait génial qu’il puisse connaître ce que Yoda à fait pour Luke.

Cinemaniacs : Hiro pourrait-il être son mentor ?

J. K. Lee : Je ne sais pas si il en serait capable. Hiro et Ando sont plutôt sur un pied d’égalité aujourd’hui. Ando est même devenu plus fort durant la maladie de Hiro. Ando a du prendre soin de lui. Il est plus l’adulte du duo. Je crois que Peter en serait plus apte.

Cinemaniacs : Etait-il difficile pour vous d’apprendre le japonais ?

J. K. Lee : Cela m’a pris beaucoup de temps. Durant la première saison, j’avais près de 40 heures / semaines de cours. Nous recevions les scénarios en anglais et je devais les traduire à l’aide de mon professeur. Nous discutions de la relation des personnages, de la trame principale, du phrasé. Le japonais a une intonation et un rythme unique. Ce fut très long. Je parle coréen. Je m’entraînais donc d’abord en coréen et puis le japonais était l’étape finale. Avec le recul, ce fut une expérience très intéressante.

Cinemaniacs : Le japonais est-il si différent du coréen ?

J. K. Lee : Grammaticalement, ce n’est pas si différent. Mais en termes de prononciation et d’intonation, c’est un peu comme le français et l’italien ou l’espagnol et le portugais. Il y a toujours certaines similarités. La culture et la langue restent assez différentes.

Cinemaniacs : Quel pouvoir de la série aimeriez-vous acquérir ?

J. K. Lee : J’aime assez les miens. Je serai aussi intéressé par ceux de Monica dans la deuxième saison qui était capable d’apprendre n’importe quelle capacité juste en regardant les gens faire. Ce serait chouette d’apprendre de nouveaux instruments de musique rien qu’en regardant les musiciens.

Cinemaniacs : Quel qualité propre aimeriez-vous décupler ?

J. K. Lee : Mon saut. (rires) Que voulez-vous, j’adore le basket. Je ne suis pas si grand et j’aimerais pouvoir mieux saisir l’anneau. (rires)

Cinemaniacs : Quelle fut votre première réaction en voyant votre figurine ?

J. K. Lee : C’était très étrange... mais cool. Se voir en plastique est une expérience particulière. Je ressemble vraiment à cela ? (rires) En même temps, c’est le rêve de tout petit garçon. Je ne possède pas la mienne.

Cinemaniacs : Est-il plus facile d’être fan de science-fiction pour jouer dans ce genre de série ?

J. K. Lee : Je suis certainement un fan du genre. Heroes possède toutes les qualités du genre. Mais je ne pense pas que cela soit une nécessité.

Cinemaniacs : Vous êtes très présent dans la mode. Etes-vous un accro ?

J. K. Lee : Oui, j’aime beaucoup la mode. C’est une manière de s’exprimer. J’aime beaucoup les accessoires comme les chapeaux, les montres, les bijoux etc. Je suis fou de basquettes. La mode est quelque chose de très amusant. C’est la créativité.

Cinemaniacs : Que pensez-vous de la garde-robe de Ando ?

J. K. Lee : Il n’avait que cinq vestes durant la première saison. Je crois qu’il a beaucoup changé à travers les saisons. Dans la deuxième, il portait davantage des costumes ensuite plus de blousons puisqu’il était sur la route. J’essaie d’encourager les costumiers mais en fin de compte, c’est la production qui a toujours le dernier mot. Mais j’aime la plupart de ses vêtements.

Cinemaniacs : Beaucoup de sites sur internet ont prédit la mort prématurée d’Ando...

J. K. Lee : C’était la rumeur après la première saison. Il a souvent frôlé la mort.

Cinemaniacs : Vous avez de nombreux projets au cinéma...

J. K. Lee : Oui, je viens de terminer une comédie romantique « How To Make Love To A Woman ». Le film parle de la complexité des relations et des rendez-vous. J’ai fait une apparition dans « Hard Breakers », une comédie avec Tom Arnold et Chris Kattan. Il devrait sortir à la fin de cette année. Je n’ai plus de nouvelles du film de science-fiction « The Roel ».