Recherche       

Sorties Ciné
Prochainement
DVD / Blu-Ray
Rencontres
Stars Gallery
L'année Cinéma
Bandes-annonces
Webcast
Cinéma - DVD - Séries Télé


Rencontre avec nos stars préférées



Anna Paquin

True Blood


"Lorsque j’ai passé l’audition, j’étais une brune de Nouvelle-Zélande et à présent je suis une blonde du Sud."


Propos Warner Home Video - traduction Laurent De Groof (juin 2010).





Cinemaniacs : Comment avez-vous découvert True Blood ? Etiez-vous intéressée de débuter une carrière à la télévision ?

Anna Paquin : J’avais vraiment envie de faire partie de l’une de ces géniales séries de HBO, et puis j’ai mis la main sur True Blood. Je ne pensais pas obtenir le rôle mais je m’étais préparée à donner le meilleur de moi-même. Il n’y a rien de plus exaltant pour une comédienne que de tenter de faire quelque que vous êtes persuadée qu’on ne vous laissera le faire. La légèreté de la personnalité de Sookie est si rafraîchissante, ce qui ne veut pas dire qu’elle n’aborde pas des thèmes plus profonds. Elle ne devient jamais ce personnage lourd et sombre qu’on pourrait imaginer, genre de personnages que j’ai déjà interprétés dans le passé.

Cinemaniacs : Etiez-vous fan du travail d’Alan Ball ?

A. Paquin : Il a une imagination incroyable. Prenez « Six Feet Under ». Il n’y a rien de plus original. Ce qu’il fait est unique, il jongle avec le côté sombre et torturé tout en restant drôle, intelligent et décalé - mais sans jamais oublier les vrais sentiments des personnages. Personne ne lui arrive à la cheville à ce niveau. J’ai aussi un sens de l’humour décalé et la série me convient tout à fait. Dès que j’ai obtenu le rôle, j’ai eu l’occasion de me faire un marathon « Six Feet Under » durant une semaine de grippe. C’était la meilleure excuse pour rester au lit. J’ai visionné chaque épisode avec beaucoup d’attention et je les ai revus ensuite avec les commentaires. Je n’en revenais pas que j’allais avoir la chance de travailler avec ces gens. J’étais vraiment impressionnée par la qualité du contenu. Lorsque j’ai passé l’audition, j’étais une brune de Nouvelle-Zélande et à présent je suis une blonde du Sud. On ne peut qu’avoir du respect pour quelqu’un qui est prêt à choisir un comédien qui n’est pas le choix évident pour son personnage, et qui sait reconnaître le potentiel de ses acteurs afin de créer quelque chose.

Cinemaniacs : Quelle est votre perception de votre personnage, Sookie Stackhouse ?

A. Paquin : C’est un rôle rêvé. Il est si bien conçu par Alan Ball et les autres scénaristes. Elle est fragile mais très intuitive ; elle a connu une vie difficile mais elle reste innocente. Elle croit en l’amour et elle croit que tout est possible même dans les circonstances les plus improbables. Elle est courageuse. Cela ne la dérange pas d’être cataloguée comme LA bizarre du coin. Elle fait ce qu’elle veut et elle a ses opinions. Elle n’écoute pas vraiment ceux qui lui disent ce qu’elle doit faire. La vie ne lui a pas fait de cadeau mais néanmoins elle n’est pas devenue amère. Elle n’est pas cette personne endommagée par l’existence. J’estime que c’est une magnifique qualité que de pouvoir rebondir sur les coups durs et ne pas se laisser abattre lorsque la vie est difficile. C’est une admirable philosophie de vie.

Cinemaniacs : Sookie n’est pas une fille ordinaire. Elle est télépathe. Comment ses pouvoirs l’influence-t-elle en tant que personne ?

A. Paquin : Elle est télépathe, ce qui n’est pas forcément une bonne chose. Savoir entendre tout ce que les gens pensent autour d’elle l’a beaucoup isolée. Elle est très prudente quant à l’utilisation de son don parce que cela lui donne également un sentiment de rejet. Lorsqu’elle est fatiguée ou qu’elle est très occupée, elle n’est plus capable de bloquer les pensées des gens qui l’entourent.

Cinemaniacs : Sookie rencontre Bill Compton, son premier vampire, dans le premier épisode, et en tombe amoureuse. Parlez-nous de cette relation.

A. Paquin : Au-delà du fait qu’il soit un vampire, Bill a conservé de la compassion pour les gens. Il n’est pas devenu méchant. Ce n’est pas un monstre. On apprend la raison de cela au fur et à mesure de l’histoire. Cela reste assez évasif lors de sa première apparition. A leur rencontre, Bill et Sookie ont une attirance indéniable malgré les obstacles et ils font tout leur possible pour que cela fonctionne entre eux. Sookie est la seule à ne pas avoir peur des vampires lorsqu’ils arrivent à Bontemps, et lorsqu’elle fait la connaissance de Bill, elle est juste intriguée. Elle tombe sous son charme. C’est la première et unique relation dans laquelle elle se sent à l’aise. C’est une situation néanmoins dangereuse étant donné la controverse. Le lien entre Bill et Sookie est immédiat et elle n’a jamais ressenti cela auparavant. Je pense que c’est ce que nous recherchons tous, de rencontrer la personne avec qui nous avons le sentiment de pouvoir être soi-même.