Recherche       

Sorties Ciné
Prochainement
DVD / Blu-Ray
Rencontres
Stars Gallery
L'année Cinéma
Bandes-annonces
Webcast
Cinéma - DVD - Séries Télé


Rencontre avec nos stars préférées



Rachel McAdams

Sherlock Holmes


"On pourrait décrire Irene Adler comme une sorte de femme moderne. "


Propos Warner Home Video - traduction Laurent De Groof (juin 2010).





Cinemaniacs : Que saviez-vous de Sherlock Holmes avant de débuter le tournage ?

Rachel McAdams : Eh bien, je suis assez gênée d’avouer que mes connaissances étaient relativement limitées. J'ai regardé la série étant petite au Canada mais je n'ai jamais lu les livres d’Arthur Conan Doyle. Donc, ma véritable éducation est venue quand j'ai eu le rôle d'Irene Adler.

Cinemaniacs : Irene est un personnage inhabituel dans le monde Sherlock Holmes ?

R. McAdams: C'est exact.

Cinemaniacs : Pouvez-vous nous parler du développement du personnage ?

R. McAdams : Elle n'apparaît en vedette que dans une seule histoire, "A Scandale In Bohemia", où vous vous rendez compte qu'elle et Holmes ont effectivement un passé très intéressant. Elle l’a battu et elle était la première femme à le faire. C’est donc ce qui la distincte des autres.

Cinemaniacs : Cela a dû être assez amusant d’interpréter une égale de Holmes…

R. McAdams : Ce fut très amusant en effet. Il fallait avant tout être à la hauteur de cette femme dont on ne sait finalement pas grand chose. Qui est cette femme? Il y a très peu d’écrits sur elle dans les histoires. Que réprésente-t-elle aux yeux de Holmes et comment leur relation va-t-elle évoluer dans le film ? Il y a donc eu quelques libertés par rapport à l’histoire.

Cinemaniacs : Parlez-nous de votre collaboration avec le réalisateur Guy Ritchie...

R. McAdams : Oh, c'était génial ! Il a un style unique. Il est très arrêté. Il sait ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas, ce qui est génial et est une grande qualité chez un réalisateur. Mais il est aussi à l’écoute de chacun et est ouvert aux nouvelles idées. Il aime beaucoup s’amuser sur un film.

Cinemaniacs : Sherlock Holmes est aussi un film d’action. Avez-vous effectué vos propres cascades et avez-vous été encouragée dans ce sens ?

R. McAdams : J’ai fait celles qu’on m’a autorisées à faire. Il y a évidemment certaines règles à suivre lorsqu’il est question de jouer avec le feu. Je n'ai donc pas pu tout faire. Mais j’ai beaucoup apprécié faire celles qui étaient à ma portée, sans qu’on doive m’y forcer. Ce fut un réel plaisir. Je me porte toujours volontaire pour ce genre de choses même si je ne devrais pas. J’ai eu la possibilité de sauter du Tower Bridge et d’autres choses de ce genre. C’était marrant.

Cinemaniacs : Avez-vous suivi une formation pour ces cascades?

R. McAdams : Pas vraiment. Guy se contentait de me diriger en me disant des choses comme : « Oh, fracasse lui la tête, donne lui un coup de pied, frappe-le ou encore mords-le... » Des choses simples de la vie de tous les jours. (rires) Cela ne demande pas beaucoup de formation.

Cinemaniacs : Irene est une femme de caractère. Elle vit dans les années 1890, mais elle porte un pantalon...

R. McAdams : Eh bien, elle essaie certainement de s’en sortir dans un monde d'hommes. Elle est une sorte de « privé à louer ». Elle ne veut dépendre de personne, elle doit donc se faire une place dans le monde. Elle doit être capable de prendre soin d'elle-même physiquement et financièrement. Ce qui n’est pas évident à cette époque. On pourrait la décrire comme une sorte de femme moderne.

Cinemaniacs : Parlez-nous de Robert Downey, Jr...

R. McAdams : Il est fantastique. Si inspirant. C’est amusant de le voir jouer tous les jours. Il est tellement intelligent. Il est comme Sherlock Holmes dans un sens – il a l’esprit vif, une grande intelligence et il est très intuitif. Il s’est définitivement transformé en Holmes et il a fait d’excellents choix créatifs. Je pense qu'il est tout simplement parfait pour le rôle.

Cinemaniacs : Vous avez dû beaucoup rire sur le plateau ?

R. McAdams : Oui, tout à fait. Tout le monde s'entendait vraiment, vraiment bien. Jude et Robert se sont entendus dès le début du tournage. Ils semblaient toujours sur la même longueur d’ondes et ils s’appréciaient réellement. Le fondement du film est leur relation et cela a donné le ton du film pour tout le monde.