Recherche       

Sorties Ciné
Prochainement
DVD / Blu-Ray
Rencontres
Stars Gallery
L'année Cinéma
Bandes-annonces
Webcast
Cinéma - DVD - Séries Télé


Rencontre avec nos stars préférées



Tom Hardy

Star Trek: Nemesis


« C'est amusant d'interpréter un méchant qui n'a rien à perdre. »


Propos recueillis par Laurent De Groof ©
à l'occasion du 21ème Festival du Film Fantastique de Bruxelles (mars 2003)






Cinemaniacs : Vous êtes apparu pour la première fois à l’écran dans « Band of Brothers ». Quel effet cette expérience a-t-elle eu sur votre carrière ?

Tom Hardy : « Band of Brothers » représente un premier rôle parfait pour débuter. Je n’aurais jamais pu rêver une telle opportunité. J’ai tourné deux épisodes à la fin de la série. Je n’avais jamais travaillé à l’écran auparavant, j’ai principalement été formé au théâtre. « Band of Brothers » m’a non seulement permis d’aborder un véritable tournage de film mais également d’une grosse production. Beaucoup d’argent était en jeu. Il y avait de nombreux figurants, des décors incroyables. J’ai ressenti une grande pression sur mes épaules et je savais que je devais donner le meilleur de moi-même. J’étais un peu perdu mais je ne pouvais pas me permettre de paniquer. (rires) Je devais me reprendre en main. C’était mon boulot. J’ai eu beaucoup de chance.

Cinemaniacs : Qu’avez-vous appris de votre entourage sur ce tournage ?

T. Hardy : C’était environnement de travail idéal. J’étais entouré de Spielberg, Tom Hanks. Tous les comédiens du film étaient formidables. Le genre du film était aussi important. C’est un classique historique. J’ai aimé aborder l’authenticité de l’histoire, le thème de la seconde guerre mondiale. C’est important pour un acteur de savoir être honnête envers le sujet du film, ce qui m’a donné une certaine confiance, un objectif. Je suis fier d’avoir pu faire partie de la mini-série. Ce fut une expérience inoubliable. Je suis malgré tout déçu de ne pas avoir pu utiliser mon arme à l’écran. (rires) J’ai toujours voulu utiliser une arme. J’ai eu droit à une scène d’amour mais j’aurais préféré tirer. (rires) Après ce film, j’ai joué dans « Black Hawk Down » et j’ai eu ma revanche. J’ai reçu un gros fusil ! (rires) J’adore les films de guerre. C’est peut-être évident. J’en ai fait trois : « Band of Brothers », « Black Hawk Down » et « Deserter ». Ce sont des films honnêtes sur la guerre. Il n’y a rien d’héroïque à excès. Ce sont des personnages réels, humains, plongés dans des situations où ils doivent faire leur boulot et de ce fait, se conduire en héros. J’aime ces rôles. Ce ne sont pas des films à la « Bruce Willis ». (rires) Je préfère aborder des personnages à plusieurs facettes. Je ne pourrais pas interpréter un adolescent dont les soucis se limiteraient à entrer dans l’équipe de basket ou séduire la fille de ses rêves.

Cinemaniacs : De nombreux comédiens sont très enthousiastes à l’idée de jouer le rôle d’un méchant. Que pouvez-vous nous dire de votre interprétation de Shinzon dans « Star Trek : Nemesis » ?

T. Hardy : Oui, c’est génial de jouer ce genre de rôle ! Shinzon est un méchant idéal qui réunit admirablement l’esprit d’un être immoral et l’aspect quelque peu fantasque de Star Trek. Shinzon est un enfant maltraité. Il a également le même sang que Picard. Il a connu une vie misérable, il a subi des préjudices, la violence physique, la peur a pris contrôle de sa vie. C’est amusant d’interpréter un méchant qui n’a rien à perdre, qui est capable de tout. J’ai trouvé également cela très motivant de jouer un méchant qui soulève la question du pourquoi il est devenu ce qu’il est et ce qui l’a poussé à agir de la sorte.

Cinemaniacs : Quel fut votre plus grand défi sur le film : porter le costume de Shinzon ou son maquillage ?

T. Hardy : Les deux ! (rires) J’ai fait quelques belles chutes durant le tournage ! (rires) Lorsque je portais mes lentilles, j’étais complètement aveugle. C’était un peu comparable à avoir des verres de lait sur les yeux. J’ai blessé Patrick (ndlr : Stewart) à la poitrine avec mon poignard parce que je ne voyais rien. Je n’ai pratiquement rien vu des derniers décors du film. Dans un sens, c’était enrichissant de jouer mon personnage en ne voyant rien. J’étais comme emprisonné dans ma tête et j’arrivais plus facilement à faire abstraction de la caméra, etc. Cela m’a aidé à développer Shinzon, à rentrer dans sa peau.

Cinemaniacs : Pensez-vous que « Nemesis » sera le dernier film de la série des « Star Trek » ?

T. Hardy : Je ne sais pas. Ce sera peut-être le dernier film pour « The Next Generation » mais il y a encore « Deep Space Nine » , « Voyager » et « Enterprise ». Je ne crois pas que Star Trek s’arrêtera de si tôt. Les fans se comptent par milliers. Ils ont besoin d’être nourris de leur dose quotidienne. C’est un zoo. Les animaux ont besoin de manger. Je ne pense pas que je ferai partie d’un nouveau film à moins qu’ils n’aient besoin d’un jeune Picard. Ce sera peut-être la fin de « The Next Generation » mais pas de Star Trek. Qui sait ? c’est la vie ! La série était remarquable en son temps.