Recherche       

Sorties Ciné
Prochainement
DVD / Blu-Ray
Rencontres
Stars Gallery
L'année Cinéma
Bandes-annonces
Webcast
Cinéma - DVD - Séries Télé


Rencontre avec nos stars préférées



Daniel Radcliffe

Harry Potter and The Order of The Phoenix


"J’ai cassé au moins 11 baguettes magiques sur la totalité des quatre films."


Propos Warner Home Video - traduction Laurent De Groof.





Cinemaniacs : Le personnage deHarry a beaucoup gagné en maturité au cours des épisodes…

Daniel Radcliffe : L’ensemble des films d’Harry Potter parle avant tout de la perte de l’innocence. Il découvre ce monde à l’âge de onze ans, les yeux grands ouverts et remplis d’admiration, et il est aujourd’hui conscient que cet univers n’est pas aussi rassurant et merveilleux que ce qu’il avait pensé. Il grandit et il est – à juste titre - assez fâché dans ce film-ci. Bien que ce soit la manière dont il choisit d’aborder les événements et d’exprimer ses sentiments qui soit la cause des problèmes avec ses amis. Je pense qu’il est forcé de grandir peut-être plus rapidement que les autres.

Cinemaniacs : Quel fut la scène d’effets spéciaux de Harry Potter and The Order of The Phoenix la plus difficile à tourner ?

D. Radcliffe : Les scènes avec le plus d’effets spéciaux sont toujours les plus difficiles à tourner parce qu’il faut vraiment pousser son imagination au maximum. La scène de combat entre Albus Dumbledore et Lord Voldemort à la fin du film était tellement gigantesque qu’il fallait faire deux fois plus appel à sa concentration et son imagination. Mais ce fut très amusant et c’est certainement l’une des meilleures scènes du film.

Cinemaniacs : Il y a beaucoup plus de combats de baguettes magiques dans ce film que dans les autres. Pourquoi ?

D. Radcliffe : Il y a différentes raisons pour lesquels certains magiciens sont meilleurs que d’autres. Nous avons travaillé avec un chorégraphe (Paul Harris) afin de créer la « hiérarchie » des statuts de l’utilisation des baguettes. David Heyman (le producteur) désirait différentes catégories de mouvements et de positions pour délivrer des sorts, mais elles devaient être uniques au monde de Harry Potter. Nous devions établir une différence visible et une raison pourquoi certains magiciens étaient meilleurs que d’autres dans les combats de baguette.

Cinemaniacs : Combien de baguettes avez-vous cassées ?

D. Radcliffe : Je n’en ai brisé aucune sur l’Order of The Phoenix mais j’ai dû en casser au moins 11 sur la totalité des quatre épisodes parce que j’avais l’habitude de jouer de la batterie sur ma jambe avec mes baguettes ! Ils ont à présent construit des baguettes en caoutchouc qui sont beaucoup plus résistantes à mes talents de batteur et nous n’utilisons les baguettes en bois que pour les gros plans.

Cinemaniacs : Quel est le meilleur sort de votre arsenal ?

D. Radcliffe : Probablement les plus anciens que Harry lance très souvent, « Expelliarmus » et « Impedimenta » qui empêche les gens de bouger, et « Stupefy » qui assomme les adversaires.

Cinemaniacs : Votre premier baiser à l’écran fut difficile (avec Katie Leung – Cho Chang)…

D. Radclifffe : Ce ne fut pas aussi intimidant qu’on a pu le penser. Ce fut très froid parce qu’il fallait surtout faire attention à conserver son positionnement par rapport à la caméra et s’assurer de rester dans les éclairages tout en prétendant être passionné et amoureux ! Harry devrait embrasser davantage dans les prochains films.

Cinemaniacs : Quel est votre meilleur souvenir de Harry Potter ?

D. Radcliffe : Travailler avec Gary Oldman (Sirius Black) fut extraordinaire et j’ai été très attristé d’apprendre qu’il ne reviendrait pas après la mort de son personnage dans le cinquième film. Je conserverai le souvenir de notre collaboration pendant longtemps.

Cinemaniacs : Quel fut la scène la plus difficile émotionnellement ?

D. Radcliffe : La mort de Sirius fut probablement la plus difficile puisque je n’ai jamais connu le deuil. J’ai rencontré un conseiller en la matière afin d’avoir une idée de ce que les gens ressentent à un moment pareil. Avant de jouer la scène, j’ai écouté de la musique afin de me mettre dans l’ambiance appropriée et j’ai suivi de près les conseils de David Yates (le réalisateur) et de Gary Oldman. Ce fut un vrai défi.

Cinemaniacs : Quel est le moment le plus noir du film ?

D. Radcliffe : Essayer de créer un sentiment d’envie de tuer quelqu’un, ce que Harry désire avec Bellatrix Lestrange.

Cinemaniacs : Que pensez-vous des bonus du DVD ?

D. Radcliffe : Je les trouve géniaux. Les vrais fans des bonus de Harry Potter seront entièrement comblés. Je suis un grand fan des Simpsons et dès que je reçois leur nouveaux DVDs, je saute sur la version commentée du réalisateur avant même de regarder les épisodes. J’adore cela ! Le nouveau DVD de Harry Potter explique le procédé du montage. C’est une brillante idée. Je n’avais aucune idée de comment on monte un film jusqu’à présent. Maintenant, j’en sais un peu plus.